Vélo Sport Romorantin : site officiel du club de cyclisme de Romorantin-Lanthenay - clubeo

Championnat de france VTT

22 juillet 2014 - 06:06

Championnat de France Dames/Espoirs Dames. Pauline Ferrand-Prévot entre dans l'histoire en devenant la première à conquérir les quatre plus grands titres nationaux !

 

Pauline Ferrand-Prévot triomphe à Albstadt 
© EGO Promotion Si Pauline Ferrand-Prévot (Liv Pro XC) répartit sa garde-robe de maillots distinctifs par année, alors l'étagère 2014 ne va pas tarder à manquer de place. Sans parler de sa place de leader sur la Coupe du Monde Espoirs et du maillot blanc qu'elle vient de décrocher la semaine dernière au Giro Rosa, elle possède déjà dans son armoire, trois beaux maillots tricolores et un maillot étoilé. Après un titre acquis dès les premiers jours de l'année sur le circuit de Lignières en cyclo-cross, le mois de juin historique qu'a vécu la championne lui a permis d'ajouter ceux sur la course en ligne et sur le contre-la-montre sur route, et un titre continental chez les Espoirs en VTT. Mais la Rémoise est loin d'être rassasiée et part favorite pour l'obtention d'une quatrième couronne nationale historique. Chronique d'un sacre annoncé.

 

Le VTT français féminin a perdu sa reine Julie Bresset (BH-SR Suntour-KMC) en proie à une fatigue psychologique qui a pourri son début de saison. Il s'est trouvé une impératrice avec Pauline Ferrand-Prévot pour qui la polyvalence n'est plus un défaut. Concentrée au départ alors que le climat lourd s'est rafraichi aux Ménuires et que les nuages noirs menacent les concurrentes, la Champardennaise sait qu'elle a rendez-vous avec l'histoire. Pour rien au monde elle ne le manquerait sur ce circuit exigeant aux montées roulantes et aux descentes techniques long de 4,8 kilomètres avec 214 mètres de dénivelé à chaque tour.

La pluie ne viendra pas gâcher le sacre de Pauline Ferrand-Prévot... quitte à ce qu'elle n'épargne pas les messieurs. La question était de savoir si la triple championne de France 2014 aurait récupéré des efforts consentis la semaine dernière pour terminer 2ème du Tour d'Italie féminin. La réponse affirmative ne tarde pas à être connue. Dès la première montée, la Rémoise accélère sans qu'aucune concurrente ne cherche à tenir sa roue. De toute façon, elles se doutaient bien qu'il allait falloir se contenter des places d'honneur. PFP entame alors son formidable solo pour remporter un quatrième sacre. Au bout d'un tour et demi, elle reprend les premières concurrentes. Lorsqu'elle passe sur la ligne pour l'avant-dernière fois, la 3ème du scratch n'est pas encore à la moitié du tour !

Derrière celle qui entre aujourd'hui dans l'histoire du cyclisme féminin français, la lutte pour les places d'honneur commence pour ainsi dire dès le premier tour entre Fanny Bourdon (Look-Beaumes-de-Venise), Perrine Clauzel (BH-SR Suntour-KMC), Laura Metzler (b'Twin MTB Racing Team) et Margot Moschetti (Scott-La Clusaz). Il n'y aura guère plus de suspense pour l'attribution des deux dernières places sur le podium. Lauréate des manches de Coupe du Monde Espoirs de Nove Mesto et d'Albstadt, Margot Moschetti est celle qui limite le mieux la casse face à Pauline Ferrand-Prévot en terminant 2ème du scratch et des Espoirs à... 5'35", tandis que Laura Metzler coupe la ligne en 3ème position plus de 9 minutes après celle qui est plus que jamais reine du cyclisme féminin français.

Championnat de France XC. Pour la douzième année consécutive, Julien Absalon remporte le titre national. Mais le Vosgien a été titillé par Hugo Dréchou.

 

Julien Absalon 
© Marius Maasewerd

Depuis ce matin, pour cette grande journée de cross-country, la hiérarchie est respectée sur ces Championnats de France aux Ménuires. Il faut dire que sur les courses Espoirs et Dames, Jordan Sarrou et Pauline Ferrand-Prévot se sont montrés nettement au-dessus du lot. S'il s'en fie aux premières courses de la journée, Julien Absalon (BMC MTB Racing Team) n'a aucune raison de s'inquiéter puisque ces France, disputés sur un circuit technique dans ses descentes, sacrent les favoris. Surtout, celui qui part en quête d'un douzième titre national trouve dans les Alpes un circuit en haute altitude (la station étant située à 1800 mètres d'altitude) qu'il affectionne et sur lequel il s'est déjà imposé en 2006. Il remportait alors son quatrième titre national. Huit ans après, le Vosgien remet le couvert pour ce douzième sacre.

 

Mais la course fut loin d'être une partie de plaisir pour le double champion olympique qui revient, il est vrai, d'une opération à la rotule il y a un mois. Placé encore le week-end dernier lors de la 6ème manche de la BMC Racing Cup dont le plateau se rapprochait de celui d'une Coupe du Monde, pas sûr que Julien Absalon s'attendait à une telle résistance, lui dont les courses à l'échelle nationale se sont bien souvent résumées en de longs raids en solitaires.

Aujourd'hui, c'est à l'expérience que le pilote aujourd'hui âgé de 33 ans (il fêtera ses 34 ans le mois prochain) va remporter ce douzième titre qui lui tendait les bras. Pourtant, il est tombé sur un Hugo Dréchou (Calvisson VTT) des grands jours. Pour sa première année chez les Elites, le jeune homme qui a fêté ses 23 ans ne fait aucun complexe. Le Gardois fait le start et prend quelques secondes d'avance à la faveur de la première montée située d'entrée de jeu. Julien Absalon ne panique pas et revient à l'expérience sur le médaillé de bronze des Championnats d'Europe l'an dernier en compagnie de Stéphane Tempier (BH-SR-Suntour-KMC).

Aussitôt revenu sur Dréchou, le Vosgien repart à l'attaque. Cette fois, ni le pensionnaire de Calvisson VTT ni le Gapençais ne le reverront. Ils pourront néanmoins parfois l'apercevoir à la faveur de certaines portions plus dégagées. Julien Absalon gère tranquillement son avance sans pour autant prendre le large. Les concurrents savent bien qu'ils ne peuvent pas se permettre de se mettre dans le rouge dans la première difficulté du circuit nécessitant un effort de cinq à sept minutes, au risque de perdre en lucidité dans la descente technique longeant les pistes de ski qui suit.

La victoire étant déjà réservée à Julien Absalon, Tempier et Dréchou vont pouvoir batailler pour la 2ème place. Malgré son jeune âge, le Gardois a noté que son concurrent emmène un braquet plus imposant dans les montées. Il sait aussi que la deuxième difficulté du parcours, nettement plus courte, comporte quelques épingles resserrées qui nécessitent de grosses relances. Alors à chaque virage, Hugo Dréchou appuie fort sur les pédales et prend quelques mètres au Gapençais. Après moult tentatives, il parvient enfin à prendre ses distances, mais il doit néanmoins rester attentif au retour du pilote BH sur le bas du circuit rendu technique par la présence d'un pierrier. Au sprint, le pilote de 23 ans conserve sa 2ème place. Une position de dauphin qui a des airs de titres quand Julien Absalon est au départ...

Commentaires